Il existe un monde mystérieux.

Un labyrinthe appelant à la flânerie onirique et au réveil de la nostalgie. Dans cet univers aux décors immersifs, l’imaginaire conduit à l’inspiration et à la rencontre de l’autre. De l’inconnu. Le temps s’y est arrêté entre passé et futur, à cet instant où l’impossible devient possible.

Une utopie merveilleuse.

Le comptoir général présente

Scroller pour découvrir

LES PLUS BEAUX PAPILLONS DU MONDE ET INSECTES RARES AU COMPTOIR GÉNÉRAL

Les papillons et insectes en danger

Un peu partout dans le monde, mais surtout en Europe et tout particulièrement en France, les papillons sont en voie de raréfaction, voire de disparition pour certaines espèces. Avant la disparition de nombre de leurs habitats, prairies naturelles, zones humides, berges de rivières recalibrées, ce sont surtout les pesticides, pudiquement appelés phytosanitaires utilisés par l’agriculture intensive, qui sont responsables de la raréfaction (80% de la plupart des insectes au cours des trente dernières années), voire de la quasi-disparition de nombreuses espèces de papillons diurnes, aujourd’hui protégés par des arrêtés préfectoraux.

Même dans les régions les plus inaccessibles de la planète, comme les forêts vierges tropicales ou équatoriales d’Afrique, d’Indonésie ou d’Amérique latine, pour cause cette fois d’exploitation forestière ou de déforestation, les scientifiques pensent que des milliers d’espèces de papillons et encore plus de coléoptères (scarabées) ont déjà, ou sont en train de disparaitre, alors que la science ne les a pas encore répertoriés.

Un peu d’Histoire naturelle 

Leur nom scientifique Lépidoptères, vient comme souvent du grec : lépis (écailles) et pteron (ailes), car en effet et c’est unique chez les insectes, leurs ailes sont recouvertes d’écailles minuscules, qui dans certaines espèces leur donnent leurs admirables couleurs. Nous connaissons, admirons et pour certains d’entre nous, collectionnons surtout les papillons dits de jour, pour justement les coloris quelquefois extraordinaires de leurs ailes ; mais les papillons dits de nuit, que l’on voit quelquefois voleter dans nos chambres, attirés par la lumière, s’ils sont beaucoup moins connus, surtout du grand public, représentent près de 80 % de l’ensemble des Lépidoptères du monde. Ainsi rien que dans notre pays, pour environ 250 espèces de « jour » répertoriées, il y aurait au minimum 5000 espèces (dont certaines sont encore à découvrir) de « nuit ». Souvent de plus petite taille, gris et ternes, peu visibles, ils intéressent beaucoup moins les collectionneurs, sauf pour quelques rares espèces, au contraire de très grande taille, que l’on peut admirer au Comptoir Général : les fameux Attacus atlas, plus grands papillons du monde pour la surface de leurs ailes.

Classement des espèces de papillons

Parmi les collections que nous avons pu réunir et classer en fonction de leurs continents d’origine, les espèces les plus nombreuses et souvent aussi les plus colorées, proviennent des régions équatoriales ou intertropicales, où les papillons peuvent se reproduire toute l’année.

Insectes rares

Au-delà des papillons, et pour suivre la mode actuelle des « cabinets de curiosité » chez les particuliers et non plus seulement dans les musées, nous avons eu la chance de trouver auprès de collectionneurs d’autres « familles » (en fait « Ordres ») d’insectes, dignes d’être présentées dans notre exposition. Au premier rang desquels des Coléoptères (vulgairement appelés scarabées) dont les Fameux Goliaths sont les plus lourds insectes volants, mais aussi des Orthoptères (sauterelles) dont certaines sont magnifiquement colorées, des Odonatoptères (libellules) ou encore des Phasmes (bâtons du diable) insectes aux ailes atrophiées voire absentes, mais qui sont parmi les plus grands du monde.

Un Breton parmi les plus grands découvreurs et collectionneurs de papillons au monde.

Eugène Le Moult est né à Quimper en 1882.  Tout jeune il chassait avec son petit filet, les papillons des Monts d’Arrêt de sa Bretagne natale, papillons qu’il épinglait dans des boites de sa fabrication. A l’âge de 15 ans, il suivit son père en Guyane où ce dernier venait d’être nommé Directeur du bagne de Cayenne. Cette colonie pénitentiaire, recouverte à plus de 90% d’une forêt vierge équatoriale fut avec ses centaines de milliers d’insectes et notamment des multitudes de papillons, plus colorés les uns que les autres, fut une véritable révélation pour le jeune Eugène. Très vite il eut l’idée, avec l’autorisation de son père, d’équiper certains bagnards avec des filets et de leur apprendre à chasser les papillons jusque dans les coins les plus reculés de la jungle équatoriale. 

Vingt ans plus tard, à 35 ans, il se retrouve à Paris avec une collection de 4 500 000 papillons, soit la quatrième du monde après celles des musées de Paris, Washington et de Londres. Il vit de la vente de spécimens aux collectionneurs et met le papillon à la mode en créant une véritable petite industrie de cabinets de curiosités entomologiques pour particuliers. 

Parmi les Morphos (papillons bleus intenses) dont nous exposons au Comptoir de nombreux spécimen, certains proviennent de ses collections.