Il existe un monde mystérieux.

Un labyrinthe appelant à la flânerie onirique et au réveil de la nostalgie. Dans cet univers aux décors immersifs, l’imaginaire conduit à l’inspiration et à la rencontre de l’autre. De l’inconnu. Le temps s’y est arrêté entre passé et futur, à cet instant où l’impossible devient possible.

Une utopie merveilleuse.

Le comptoir général présente

Scroller pour découvrir

Le taxidermiste

De même que les chasseurs qui étaient leurs principaux clients, les taxidermistes, du moins en France et en Europe il n’en est pas de même aux États-Unis et au Canada, ont de plus en plus de mal à vivre de leur métier ou plutôt de leur art.

Les oiseaux taxidermisés sont maintenus pendant leur séchage par des fils de fer et des ficelles de maintien.

Les taxidermistes préfèrent, aujourd’hui, qu’on les appelle naturalistes.

Devant la désaffection, et même l’hostilité dont est victime la chasse en Europe en général et en France en particulier, les taxidermistes qui travaillent encore en ce début de XXIème siècle se disent de plus en plus naturalistes, et devant la mode des cabinets de curiosités, se spécialisent dans les collections de coquillages, d’insectes (papillons, coléoptères et autres) et pour certains dans la taxidermie des poissons.

Typiquement anglais : les poissons en vitrine.

Reptiles et mammifères (ici un crocodile et un zèbre en cape) furent des « must » de la taxidermie anglaise.

La taxidermie moderne fait appel à des moulages en fibre de verre qui sont ensuite peints.

D’après la chambre syndicale du métier, alors qu’il y avait un peu plus de 1 000 ateliers en France, il y a vingt ans, il en resterait seulement un gros tiers aujourd’hui, soit entre 300 et 350 artisans indépendants. Seules trois ou quatre entreprises emploient des salariés. Employés ou indépendants, les taxidermistes travaillent pourtant dans un but pédagogique, scientifique ou artistique.

 

Avant d'être présentés en dioramas, ces oiseaux sont soigneusement ficelés pendant leur séchage pour que leurs plumes ne s'ébouriffent pas.

Un travail de passion nécessitant des talents de dessinateur et de sculpteur.

Ce métier très pointu, s’adressant en priorité à des passionnés et offrant peu de débouchés surtout depuis la loi sur la préservation des espèces nécessite des compétences techniques reconnues. En dehors des collectionneurs d’oiseaux, de papillons ou de coquillages, leur clientèle de chasseurs qui était encore, il y a un quart de siècle leur principal gagne-pain, n’est malheureusement pas remplacée comme c’est le cas au Royaume-Uni et aux États-Unis par les pêcheurs. Seuls les musées d’Histoire naturelle ou le Musée de la Chasse à Paris, rue des Archives, embauchent encore de jeunes talents, plus pour entretenir ou restaurer les collections existantes et souvent anciennes, que pour créer.

Cet albatros se fait souffler dans les plumes.

La taxidermie est un travail de passionnés qui demande de connaître les techniques de dépouillage, de tannage des peaux, de montage des animaux dans des positions réalistes, et donc des talents de dessinateur, de sculpteur et d’observateur. Le taxidermiste doit connaître de très nombreuses espèces, tant indigènes que exotiques, leur mode de vie, leur nourriture… Il doit savoir où trouver des ouvrages ou des documents concernant les espèces rares ou en voie de disparition.

Ce diorama très réaliste nous ramène il y a au moins 200 millions d'années dans les mers de l'ère secondaire.

Aujourd’hui, le métier se perd du fait des tracasseries administratives.

D’ailleurs, à ce sujet, les professionnels de la taxidermie sont de plus en plus confrontés à des « descentes » d’agents de la biodiversité, qui viennent contrôler si dans leurs congélateurs il n’y a pas d’espèces protégées. Plus un seul taxidermiste n’acceptera de naturaliser un petit rapace diurne ou nocturne ramassé mort sur la route après avoir heurté un véhicule. Alors que l’agriculture intensive et l’utilisation des pesticides, ou plutôt comme il faut dire des « phytosanitaires » sont responsables des neuf-dixièmes de la disparition des oiseaux et des petits mammifères de nos régions, qu’un agent du ministère de l’Environnement découvre « naturalisé » un oiseau ou un mustélidé (famille des belettes) protégé chez un taxidermiste et son atelier sera fermé.
Sur le plan international, la Convention de Washington réglemente le commerce des espèces menacées d’extinction, y compris sous forme naturalisée, de peaux, crânes, dents, griffes, ou tout autre sous-produit. À côté d’un considérable trafic d’animaux vivants, il existe, il est vrai, un trafic non négligeable d’animaux naturalisés ou de peaux exportées frauduleusement à des fins de taxidermie (tigres, lions, léopards, ours blancs et autres espèces exotiques).

Dans les réserves du museum, des oiseaux « en peau » sont conservés pour leur détermination ultérieure.

En conséquence, tous les taxidermistes professionnels, inscrits au registre des métiers, doivent connaître les règlementations internationales mais également intra-communautaire sur la circulation des espèces protégées par la Convention de Washington qui définit quatre annexes (A, B, C et D), contre trois pour la Convention de Washington (I, II et III). En plus des formalités douanières, les espèces figurant à l’annexe A, y compris quand elles sont naturalisées, doivent recevoir un Certificat Intra-Communautaire (CIC), délivré par l’organe de gestion du pays (les DIREN en France) à la demande du détenteur de l’animal. Ce certificat doit accompagner tout spécimen naturalisé, notamment lorsqu’il est déplacé.

 

Entre un tapir, un marabout et un chamois, ce taxidermiste réfléchit à l'allure qu'il va donner à cette poule domestique.

Papillons et coquillages font vivre le métier.

Enfin, en France, la naturalisation d’un spécimen appartenant à une espèce protégée de la faune sauvage, ainsi que son exposition au public et son déplacement, doivent faire l’objet d’une autorisation préfectorale (arrêté du 26 novembre 2013) comme le confirme une réponse récente du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Devant toutes ces tracasseries administratives, on comprend que le métier de taxidermiste ne fasse plus recette.

 

Seules les collections de papillons, coléoptères et autres insectes, ainsi que les coquillages, collections qui ne relèvent pas vraiment de la taxidermie stricto sensu, puisque ces animaux invertébrés ne possèdent pas de peau à proprement parler, sont aujourd’hui à la mode dans notre pays et permettent à des taxidermistes-naturalistes, de continuer de vivre de leur métier. Enfin, soulignons-le, la taxidermie ou quelquefois le moulage (en résine ou fibre de verre) de poissons records ou trophées (brochets, truites, saumons, et poissons carnassiers marins…) revient à la mode en décoration ou dans les cabinets de curiosités et permet à quelques artisans spécialisés de continuer d’exercer leur métier-passion.

Dans cet intérieur typiquement californien, des poisson en fibre de verre sont accrochés au mur.

Découvrez
notre newsletter