Il existe un monde mystérieux.

Un labyrinthe appelant à la flânerie onirique et au réveil de la nostalgie. Dans cet univers aux décors immersifs, l’imaginaire conduit à l’inspiration et à la rencontre de l’autre. De l’inconnu. Le temps s’y est arrêté entre passé et futur, à cet instant où l’impossible devient possible.

Une utopie merveilleuse.

Le comptoir général présente

Scroller pour découvrir

Le lancer de Charles Ritz

Toute l’activité de création, d’invention, de perfectionnement des cannes est indissociable chez Charles Ritz de la mise au point de ses techniques de lancer.

La pêche du saumon avec une canne à une main, comme pratiquée au Québec, nécessite d'être un bon lanceur.

Son grand plaisir était de démontrer que n’importe qui, homme, femme ou enfant, peut après quelques heures de pratique selon ses conseils, étendre facilement quinze bons mètres de soie. Si cela nous paraît simple aujourd’hui avec les cannes en carbone et les soies en plastique, c’est aussi parce que justement Charles Ritz a réussi à démythifier l’apprentissage du lancer tel qu’il était pratiqué à l’époque. Souvenons-nous : au garde à vous, coude au corps avec un livre, si possible le Précis de la mouche sèche, de Frederic Halford coincé sous le bras… Tout dans le poignet selon les maîtres britanniques… Tout dans le bras disait Charles Ritz.

Monsieur Charles pêchait souvent dans les splendides et pures rivières autrichiennes.

« Personne ne pourra pêcher aussi bien que monsieur Charles. »

La traduction "américaine" de son ouvrage « Pris sur le vif », connut quatre éditions successives aux États-Unis, dont deux préfacées par Ernest Hemingway. Le livre fut également traduit en allemand et en italien.

Ce fut tout d’abord la technique du lancer HS/HL, pour High Speed/ High Line (grande vitesse/Ligne haute), que les Américains adaptèrent aussitôt. Cette technique, rendue possible par l’action nerveuse et rapide des PPP, il l’améliora encore à la fin de sa vie avec la méthode IFC (Instant Fly Casting mais qui était aussi un clin d’œil pour International Fario Club). Cette méthode révolutionnaire pour apprendre à lancer à un débutant complet se basait sur la mise en action immédiate (instant casting) de la pointe de la canne par le bras du lanceur. Les cannes Mitchell Ritz furent spécialement mises au point pour cette technique, mais c’est deux années plus tard, l’avènement du graphite qui allait en permettre le plein développement. 

La traduction "américaine" de son ouvrage « Pris sur le vif », connut quatre éditions successives aux États-Unis, dont deux préfacées par Ernest Hemingway. Le livre fut également traduit en allemand et en italien.

Charles Ritz a réussi à démythifier l’apprentissage du lancer.

À 70 ans passés, sur le plan d'eau du cercle du Tir aux pigeons du Bois de Boulogne, Charles Ritz lance sans effort une mouche à plus de vingt-cinq mètres.

Sa technique révolutionnaire et très facile à apprendre du lancer de la mouche, permit à tous et pas seulement aux hommes, de pratiquer ce magnifique loisir.

Aujourd’hui, toutes les écoles de lancer américaines il y a vingt millions de pêcheurs à la mouche aux États-Unis s’inspirent encore de cette méthode. S’il fut un inventeur et technicien de génie, un lanceur inné et de très grand talent, Charles Ritz fut aussi un fantastique pêcheur. Bien sûr, a-t-on entendu dire ici ou là, pas étonnant qu’il ait pris de nombreux et gros poissons. À l’époque, même sur les parcours publics français il y avait de beaux poissons et lui pêchait les meilleurs et les plus privés parcours d’Europe, de l’Autriche à la Norvège, en passant par l’Écosse et la Bavière.

Coiffé de son célèbre chapeau tyrolien, il apprend à un jeune lanceur, à bien maitriser sa ligne.

Hemingway qui se vantait d’avoir libéré le Ritz en août 1944 lui a rendu justice sur ce point. Dans la préface à la première édition américaine de A Fly Fisher’s Life (Une vie de pêcheur à la mouche, traduction en fait de Pris sur le Vif), papa Ernest, qui savait de quoi il parlait quand il s’agissait de pêche à la mouche, a écrit : « Dans le monde d’aujourd’hui très peu de gens auront la possibilité de pêcher autant que monsieur Charles. Quand bien même, encore moins pourront jamais pêcher aussi bien. »

Il captura ce saumon de près de soixante livres, avec une canne Parabolic de 12 pieds, qu'il avait mise au point pour Pezon & Michel.

Découvrez
notre newsletter