Il existe un monde mystérieux.

Un labyrinthe appelant à la flânerie onirique et au réveil de la nostalgie. Dans cet univers aux décors immersifs, l’imaginaire conduit à l’inspiration et à la rencontre de l’autre. De l’inconnu. Le temps s’y est arrêté entre passé et futur, à cet instant où l’impossible devient possible.

Une utopie merveilleuse.

Le comptoir général présente

Scroller pour découvrir

Les leurres de collection

Si les moulinets anciens, à mouche ou à lancer sont éminemment collectionnables, car faciles à présenter sur des étagères ou mieux dans une vitrine, les leurres d’autrefois, de par leur multitude de fabrication le sont tout autant.

Les leurres métalliques (devons et cuillers)

Si les devons furent encore employés par les pêcheurs de saumons au lancer lourd, jusque dans les années 60, quand ces poissons abondaient encore en Bretagne, dans les Gaves ou dans l’Allier, pour ce qui concerne la pêche de la truite, de la perche ou du brochet, ils ont été complètement supplantés depuis par les cuillers ondulantes et surtout tournantes. La cuiller tournante plombée sous la palette, voilà bien encore aujourd’hui le leurre à truite universel employé  dans toutes les eaux, par tous les temps, par des millions de pêcheurs au lancer de par le monde et qui continue de prendre  des truites. La première: la célèbre Mepps Aglia, dont la  palette a fait le tour de la terre et dont on ne compte plus  les imitations, reste toujours la préférée des pêcheurs de truites. C’est en 1938, que monsieur Meulnart, ingénieur français en mécanique automobile et pêcheur, a déposé le brevet de la marque.

Les cuillers tournantes

Les cuillers Mepps ont certainement été dans notre pays responsables de la capture de plus de truites que toutes les autres marques et modèles de cuillers réunis. L’Aglia  dont la palette tourne à 6O° d’inclinaison par rapport à l’axe, entraîne de fortes pulsations responsables de l’effet papillonnant.  De ce fait, elle « tire » assez fort à la récupération et pêche plutôt en surface, ce qui en fait la cuiller idéale pour les ruisseaux et les petites rivières où les  truites quand elles sont en activité sont postées dans les dix premiers centimètres de la couche liquide. Pour ce type de pêche, qui s’apparente tout à fait à une chasse, la précision dans le lancer de la cuiller importe avant tout. Un  bon pêcheur à la cuiller doit pouvoir lancer son leurre à  dix ou douze mètres dans une assiette et surtout faire démarrer celui-ci à peine a-t-il touché l’eau. Les autres formes de palettes, plus allongées, en feuille de saule, type  C.P.  Swing ou Aglia long, tournant à environ 30° d’inclinaison par rapport à l’axe, tirent moins au bout d’une ligne et ont donc tendance à pêcher plus creux, ce qui convient mieux dans les grandes ou les moyennes rivières.

Petite histoire de la cuiller

La pêche au lancer à la cuiller ne date pas d’hier et comme beaucoup d’autres techniques de pêche, a certainement été inventé en Angleterre. La légende veut que la femme d’un pêcheur accompagnant son époux en barque sur un lac, laissa tomber par inadvertance une cuillère de pic-nic en argent par dessus-bord, et qu’un brochet s’en saisit, pendant sa descente vers le fond. En France, ce mode de pêche est mentionné pour la première fois par Charles de Massas dans son célèbre ouvrage : Le pêcheur à la mouche artificielle et à toutes lignes » paru en 1859 à Paris. « Nous venions de déjeuner et le gloria normand flambait dans nos tasses. Vous voyez cette petite cuillère, me dit mon ami en me présentant celle dont il venait de se servir pour remuer son café. Eh bien! avec elle je vous ferai prendre des perches et des brochets. Seulement il faudra lui enlever son manche et percer deux petits trous, l’un en haut, l’autre en bas, à ses deux extrémités. Je n’avais jamais entendu parler d’un semblable instrument, et l’incrédulité plus encore que l’étonnement se peignait sur ma figure. Je ne plaisante pas, reprit mon ami, et pour vous en convaincre voici une cuillère toute disposée et qui m’a été envoyée d’Angleterre, pays où ce genre de pêche est pratiqué partout. Mon ami monta sa ligne à moulinet et  y adapta le bas de ligne qui portait  la cuillère. Grâce à sa forme et à la résistance qu’elle opposait à l’eau, la petite cuillère tournait avec une vitesse extrème, même en eau morte. Après quelques coups lancés surtout pour mouiller la ligne, il continua et prit onze perches, plus un brocheton de trois livres.

Les cuillers ondulantes 

Contrairement aux cuillers tournantes, les ondulantes n’ont jamais connu auprès des pêcheurs au lancer de la période 1940-1980, l’attrait qu’elles auraient dû mériter. Il suffit pour s’en convaincre, de voir le peu de place qui leur était consacré dans les catalogues ou les réclames et publicités des magazines spécialisés. Seuls un petit nombre de pêcheurs de saumons utilisaient, et encore uniquement sur les grandes rivières comme le Gave ou l’Allier, les ondulantes lourdes (Eira, Orkla) ou légères plombées à distance (Vigouroux, Cybelle…). Les pêcheurs de brochet, à tort, ne les employaient que très peu, leur préférant les tournantes ou les poissons nageurs. 

Seuls les pêcheurs de bar, au lancer depuis le bord ou à la traîne, utilisaient les ondulantes lourdes dédiées au milieu marin, comme les fameuses Yann, Snack ou Caussel. 

Les Stars oubliées des années 40-50

Cette période fut pour la pêche des carnassiers, extrêmement féconde dans notre pays. L’invention du tambour fixe qui allait révolutionner les pêches au lancer s’accompagna d’une créativité inouïe en matière de leurres et tout particulièrement des cuillers tournantes. Des dizaines de marques et des centaines de modèles virent le jour et n’eurent pour beaucoup qu’une gloire éphémère. Les réclames de l’époque vantant les mérites de telle ou telle marque nous font aujourd’hui sourire, de même que les noms de ces cuillers. Citons pêle-mêle : la Pirate et la Torpille de chez Wyers, la Cyclone et l’Éclair de l’Ancre d’Or, la Rafle de Perrot, la Valse, la Tourbillon, la Swing dont les seuls noms nous donnent le tournis. La Terrifiante, la Foudroyante, la Terrible et la Redoutable semèrent la terreur chez la gent piscicole, au plus profond de nos fleuves et étangs, bien avant que la Marine nationale n’utilise les mêmes noms pour nos sous-marins nucléaires d’attaque.

Pompon ou pas pompon? 

Dès la fin du siècle dernier les modèles de cuillers américaines présentés dans le catalogue Manufrance, ou d’autres maisons, sont équipés d’un triple agrémenté soit d’un « pompon en laine rouge » soit d’un “habillage en plumes colorées généralement d’Ibis rouge », oiseau aujourd’hui protégé. Très vite les fabricants français s’inspireront de cette coutume, et équiperont leurs cuillers du fameux pompon de laine rouge. Les modèles de Tourbillon et Suissex, surtout destinés au brochet et à la perche, sont indissociables dudit pompon.